Ma passion pour l’écriture

Ma passion pour l’écriture remonte au vaste panel de publications, que j’ai étudiée dans mon enfance. Je suis un enthousiasme consommé de tous les genres de la fiction aux ouvrages documentaires et je suppose que l’ensemble des textes et poèmes russe, américain, norvégien, danois, romans suédois, français et allemands m’ont aidé à développer ma propre visualisation en termes de création d’histoire.

J’ai parcouru avidement les œuvres littéraires fantastiques rédigées par Fiodor Dostoïevski, Tchekhov, Tolstoï, Karin Boye, Émile Zola, August Strindberg, Alexandre Dumas, Mark Twain et Charles Dickens. J’ai ainsi pu lire quelques livres d’auteurs orientaux du 5ème siècle. Les objectifs de mon enfance étaient cachés avec les héros de mes contes. J’ai été séduit par l’un de ces textes parmi les collections d’Alexandre Dumas (Joseph Balsamo) et j’ai composé ma première fiction à l’âge de dix ans. Quand j’ai eu 13 ans, j’avais composé mon premier scénario et offert à l’un des cinéastes les plus populaires qui était un associé de mon père. Le conte traitait de la pauvreté. J’ai été touché par l’un des livres de Dostoïevski. Je voulais être comme lui. J’étais enthousiaste au sujet de son succès littéraire étonnant. Le producteur a dit à mon père qu’il voulait discuter avec moi.

C’était un jour de pluie froide, un mercredi matin. Mon père est venu me chercher à l’école et m’a emmené à son lieu de travail. Après les compliments et me posant certaines questions cliché que les adultes font normalement, il m’a demandé de lire un segment de mon scénario.

Après cela, il m’a dit: «Maria, c’est vraiment un conte bien composé, mais… ». J’étais tellement désespérée de savoir ce qu’il était en train d’essayer de me dire. “Vous ne savez absolument rien de la pauvreté!” Il poursuit.”Si vous souhaitez parler de la pluie, vous devez tenir sous cette même pluie, la vivre, et vous pourrez ensuite écrire sur ce sujet. Il est conseillé d’écrire de points qui vous sont importants pour vous. Composez un conte sur vous-même, sur vos amis, votre famille – vos ambitions. ” m’a-t-il dit.

“Mettez-les en musique” – c’était la dernière phrase qu’il m’a dite et c’était vraiment un très bon conseil. Même après sa mort, deux ans plus tard, je n’ai jamais oublié les excellents conseils qu’il m’a donné.


voilà mes livres

Laisser un commentaire